Inauguration de la nurserie des Gavials du Gange

Un environnement intégralement reconstitué

Des rochers, de l’eau cristalline, des plantes… 6 mois de travaux ont été nécessaires afin de reconstituer une rivière indienne. L’équipe des jardins animaliers Biotropica a pris son temps afin de façonner une nurserie sur mesure pour espèces menacées. Le choix des matériaux et des méthodes utilisées a été soigneusement réfléchi afin de se rapprocher au maximum de la réalité des rivières indiennes.

Une lampe chauffante a également été installée dans l’enclos. « Comme n’importe quel crocodile, le Gavial du Gange a besoin de chaleur et d’UV. » nous explique François Huyghe, vétérinaire et directeur de Biotropica. « La plage, facile d’accès, représente un lieu de repos idéal, d’autant plus avec la chaleur fournie par la lampe. »

Une espèce centrale atypique : le Gavial du Gange

Le Gavial du Gange est le crocodilien le plus reconnaissable grâce à son nez long et très fin « en pince » et ses dents acérées.

Au seuil de l’extinction dans la nature, seule une poignée d’individus est présente en Europe.

Les jeunes Gavials du Gange présentés dans le parc normand sont les premiers individus au monde nés hors de l’Inde ! « Ils sont nés il y a 2 ans et demi en république tchèque. Leur arrivée au printemps au sein de notre parc marque encore et toujours une volonté pour notre équipe d’élever des espèces souvent méconnues et menacées de disparition. » se félicite François Huyghe, directeur de Biotropica.

Mesurant actuellement 80 cm, les jeunes Gavials atteindront 4 à 6 m une fois adultes !

Au cours des derniers mois, les jeunes Gavials ont appris à venir se nourrir auprès du soigneur : en venant toucher une cible (une balle de golf fluo fixée au bout d’une tige métallique) pour obtenir du soigneur un morceau de poisson !  « Cela nous permet de contrôler ce que chacun mange, de garantir qu’ils puissent grandir correctement » nous explique Jessica Roman, soigneuse animalière de Biotropica.

Atteignant de 4 à 6 mètres à l’âge adulte, ils disparaissent dans la nature du fait de la pollution qui les intoxiquent et raréfient leurs proies.

Des colocataires menacés de disparition : les barbus indiens et les tortues d’Hamilton

Les Gavials du Gange ne sont pas les seuls résidents de cet aquaterrarium. Des poissons et tortues peuplent également l’écosystème reconstitué. « Il nous paraissait important de donner une place de choix aux barbus indiens, ces petits poissons menacés de disparition » continue François Huyghe.

Et Biotropica a eu raison !

« Nous sommes fiers d’assister aux premières naissances de barbus !! » s’extasie Laëtitia Lassalle, chargée de conservation pour le parc normand. « C’est un vrai challenge : pouvoir créer une population captive de ces poissons qui malheureusement disparaissent en grande partie à cause de la pollution et du commerce aquariophile. Les parcs zoologiques ont un rôle primordial dans la conservation ex-situ des espèces, afin de les reproduire et ainsi de constituer des populations de sauvegarde. »

Des tortues d’Hamilton, elles aussi menacées de disparition en Inde, complètent l’éventail d’espèces présentées dans cette nurserie flambant neuve !